top of page

LA PEUR TOUT UN CINÉ ! : GUIDE PRATIQUE SUR LES ÉMOTIONS

Bonjour et bienvenu,

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour poursuivre notre enquête autour des émotions.

Précédemment nous avons appris, ou confirmé, que nos émotions sont vitales puisqu’elles garantissent notre survie en :

  • nous protégeant des dangers

  • nous aidant à satisfaire nos besoins

Nous avons également pu comprendre qu’une émotion prendra la même forme et aura la même fonction pour notre organisme et notre psychisme, quel que soit notre âge, notre sexe, notre culture.

Bien que nous soyons plutôt familiers avec chacune d’entre elles, identifier ce que nous éprouvons vraiment puis en comprendre le message n’est pas toujours évident.

C’est pourquoi, après la tristesse, au tour de la peur d’être sous le feu des projecteurs pour se dévoiler un peu plus.

1. COMPRENDRE ET IDENTIFIER LES MANIFESTATIONS PHYSIQUES DE LA PEUR :

A. ZOOM SUR SON VISAGE :

Voici comment reconnaître la peur :

B. ZOOM SUR SON CORPS :

En nous référant de nouveau aux travaux de l’équipe du Dr Lauri Nummenmaa, de la faculté des sciences d’Aalto (Finlande), nous pouvons remarquer ce qui se passe dans notre corps lorsque nous ressentons de la peur (à gauche) et de l’anxiété (à droite).


Les couleurs chaudes = zones du corps suractivées par l’émotion

Les couleurs froides = zones du corps affaiblies ou ralenties par l’émotion

Pour aller plus loin :

Dans notre corps nous avons des systèmes nerveux dits autonomes, c’est-à-dire que nous allons pouvoir vivre sans avoir besoin d’activer la fonction respiration ou circulation du sang de notre organisme (#malin). Parmi eux nous retrouvons le système sympathique et le système parasympathique.

Lors d’une émotion ces deux systèmes vont s’activer pour permettre à notre corps de réagir en conséquences. Comme ils sont autonomes, ils ont leur propre rôle et peuvent provoquer des réactions plutôt opposées, nous le verrons juste en-dessous.

Lors d’un stress nous libérons des hormones telles que l’adrénaline, la noradrénaline et le cortisol. Voici ce que cela va provoquer au sein de ces deux systèmes.

  • Au niveau du système sympathique :

YEUX : les pupilles sont élargies, il y a moins de liquide lacrymal. Ceci permet une perception plus aiguisée mais cela va sécher les yeux.

Système immunitaire inhibé pour économiser le plus possible d’énergie. Ceci nous expose donc à des risques d’infection.

POUMONS : respiration rapide : donc meilleure absorption d’oxygène mais un sentiment d’oppression sur la poitrine

CŒUR : fréquence augmentée, pression sanguine élevée dans le but d’apporter rapidement l’oxygène et le glucose aux muscles ! Nous pouvons alors ressentir des palpitations, des bourdonnements d’oreilles voire des fourmis dans les jambes et les bras.

ESTOMAC : baisse de l’enzyme digestive dans le but d’économiser de l’énergie, ce qui peut créer des nausées.

Muscles squelettiques contractés pour préparer la fuite ou le combat. Cela peut provoquer des tremblements et des crampes.

  • Au niveau du système parasympathique :

YEUX : liquide lacrymal abondant ce qui permet l’évacuation des corps étrangers (aussi bien au niveau tangible – poussières, bout de verres etc… – que symbolique c’est-à-dire des réminiscences de traumatismes qui se seraient imprimés).

CŒUR : fréquence ralentie, pression sanguine basse ce qui permet de limiter les pertes de sang en cas de blessure. Cela peut aussi causer les vertiges voire les évanouissements.

POUMONS : respiration ralentie : ce qui permet de la stabiliser mais cela peut créer une détresse respiratoire

INTESTIN ET VESSIE : vidange : élimination qui a pour fonction de conserver toute la « bonne » énergie du corps – facilite la fuite, l’éloignement des prédateurs.

muscles squelettiques relâchés provoquant une certaine paralysie et les genoux flageolants.

2. QUEL EST SON RÔLE ? SON MESSAGE ?

A. COMMENT ALLONS NOUS RÉAGIR FACE A LA PEUR ?

L’émotion de la peur est là pour nous avertir de l’existence d’un problème, d’un possible danger qui nous menace.

Ainsi, toutes les manifestations physiques et physiologiques que nous venons de voir sont activées pour garantir notre sécurité et notre survie. Celles-ci nous permettent de nous protéger par 3 types de réactions :

  • la fuite

  • le combat

  • l’immobilisme (plutôt lié au système parasympathique)

Généralement nous avons tendance à nous référer aux animaux lorsque nous parlons de ces réactions.

Eh bien… nous avons raison !

Tout comme eux nous sommes toujours en train de garantir notre sécurité et notre survie. Simplement, à la différence d’eux, nous tentons de nous préserver au niveau corporel mais également psychique.

C’est pour cela que les réactions fuite-combat-immobilisme peuvent aussi bien se comprendre au niveau d’une action physique qu’au niveau de la pensée.

Exemples :

* Pour la fuite cela peut aussi bien être le fait de s’éloigner physiquement de la situation (courir, claquer une porte etc…) que de penser ou de faire autre chose (regarder la télé plutôt que de préparer une présentation importante genre son article sur la peur etc…).

* Pour le combat, cela peut être le fait d’attaquer physiquement quelqu’un que d’entamer une joute verbale (que ce soit avec la personne ciblée, avec d’autres personnes quand des fois nous nous « énervons » contre une personne qui n’est pas là. Des fois cela se passe aussi dans notre tête ces argumentaires, n’est-ce pas ? J).

Les réactions combat-fuite vont quoi qu’il en soit nous pousser vers la recherche de solutions. Avec toute l’énergie corporelle qui est mobilisée cela va nous emmener vers des personnes ou situations ressources qui vont avoir comme fonction de nous rassurer, nous sécuriser, nous protéger.

* Pour l’immobilisme il en va de même, il se retrouve soit dans le fait de ne plus bouger physiquement soit dans le fait de ne pas du tout penser ! C’est souvent le cas lors d’une anxiété, un stress très intense voire traumatique qui donne cette sensation de jambes coupées (cf carte corporelle du Dr Lauri). Il ne s’agit donc pas d’une impuissance mais d’une façon qu’a le corps et/ou l’esprit de se préserver face à une agression.

Ainsi, ces réactions ont toutes pour objectif de nous protéger et de nous guider vers la satisfaction de ce besoin.

B. DE QUOI NOUS PROTÉGEONS NOUS ?

Comme nous avons commencé à l’amorcer au-dessus, en tant qu’être humain nous sommes régit par des besoins fondamentaux primaires mais également secondaires (cf : pyramide de Maslow).

Ainsi et de la même manière nous tentons de nous protéger face à deux types d’agressions :

  • Les menaces primaires : elles portent atteinte à la survie/vie de notre corps

Exemple : blessures sur le corps : coupure, coups – manque d’eau, de nourriture etc…

  • Les menaces secondaires : elles portent atteinte à la survie/vie de notre identité

Exemple : moqueries, mise à l’écart etc etc…

C’est à mon sens pour cela que la peur dit aussi stress (parce que c’est quand même plutôt pareil), est particulièrement présente et généralisée dans nos sociétés humaines. Nous sommes toujours dans cette lutte pour exister !

C. QU’EST CE QUI DÉCLENCHE CES RÉACTIONS ?

Que la menace soit corporelle ou identitaire, notre mécanisme de survie va s’activer face à 4 déclencheurs.

Cet article s’intitule « la peur tout un CINE » car le mot CINE constitue le moyen mnémotechnique qui va nous aider individuellement à mieux comprendre quels sont le ou les dangers à l’origine de notre émotion.

C = contrôle (manque de)

I = imprévisibilité

N = nouveauté

E = ego menacé

Vous aussi faîtes le test :

Rappelez-vous d’une situation dans laquelle vous avez éprouvé de la peur et, tentez de comprendre quel seraient le ou les déclencheurs à l’origine. En effet, vous allez vous aussi expérimenter, en fonction de votre vécu, que plusieurs de ces déclencheurs peuvent se télescoper dans un même stress.

Pour résumer sur le message et le rôle de la peur :

  • Son côté protecteur :

La peur par les réactions fuite-combat-immobilisme va permettre de mettre en place un système de protection face à une situation qui est menaçante soit pour notre existence physique ou existence psychique.

  • Son besoin :

La peur nous informe d’un besoin fondamental qui est celui d’ETRE.

Ainsi, elle nous permet de trouver des solutions qui garantiront notre existence au monde, que celle-ci soit physique ou psychologique.

3. LES « MALADIES » DE LA PEUR :

Lorsque nous comprenons que corps et esprit fonctionnent de pairs dans les émotions, il est assez naturel de penser que certaines situations de peur peuvent provoquer une forme d’épuisement au niveau somatique et psychique, conduisant alors à certains dysfonctionnements.

Au niveau psychique :

  • l’anxiété généralisée

  • les crises de panique

  • les phobies

  • les TOC (troubles obsessionnelles du comportement)

  • les conduites à risque

  • sur-activité dans certains domaines (le sport, les dépenses, le travail, les jeux etc…)

  • abus d’alcool, de cigarettes de drogues dures ou de médicaments

  • les troubles du comportement alimentaire (manger + ou manger -)

  • les troubles du sommeil (dormir + ou dormir -)

  • ETC…

Au niveau somatique :

En médecine chinoise les organes associés à la peur sont les reins et la rate. Ceux associés à l’anxiété sont les poumons (tiens, coucou tristesse !)

Si nous nous attardons à minima sur le rôle de ces organes nous pouvons comprendre que certaines maladies infectieuses (urinaires ou non) sont souvent symptomatique de la peur. Pour les poumons, ce seront des maladies d’ordre respiratoire comme l’asthme par exemple. Etc…

Finalement, il est intéressant de pouvoir se rapprocher de chaque zones activées ou sous-activées dans notre corps lors d’une maladie afin de nous éclairer sur l’émotion à l’origine de celle-ci (cf : la carte corporelle de la peur). Effectivement cela nous permet de conscientiser et de retrouver un semblant de contrôle sur nous-même. Bien-sûr, ceci n’est pas une mince affaire lorsque l’on sait que le manque de contrôle est un déclencheur de la peur qui entraîne fuite-combat-immobilisme (oui c’est un cercle vicieux ou vertueux, enfin c’est un cercle quoi) (ou comment habillement nous ramener vers le début de l’article)

Bon quoi qu’il en soit la peur ce n’est pas une C’INEptie et un accompagnement avec un professionnel de santé non plus.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page