top of page

La peur de l’abandon, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi peut-on la ressentir?

La peur de l’abandon peut se comparer à une phobie, et être reliée à une forme de dépendance affective. On a peur d’être abandonné alors soit on préfère rester seul, soit on vit des relations tumultueuses avec les autres faites de crises de jalousie, de possessivité, de peurs, de doutes, de remise en question permanente. On ne vit pas sereinement et nos relations ne sont pas saines. Pourquoi on s’impose cela ? Hélas on ne choisit pas de vivre ainsi, d’être comme cela. La peur de l’abandon résulte de plusieurs raisons souvent liées à l’enfance, de traumatismes parfois et notre schéma psychologique et émotionnel propre, peut receler une faille, une fragilité dans notre construction personnelle. Et il n’est pas rare que cela perdure à l’âge adulte, gâche nos relations ou se réveille soudainement suite à une déception ou un évènement particulier. On connait tous à un moment de notre vie des changements, voire des bouleversements, on doit parfois affronter des épreuves personnelles difficiles. C’est à ce moment-là qu’on se rend compte de nos fragilités, de nos peurs enfouies, de certaines angoisses, et que la peur de l’abandon, à un degré plus ou moins élevé, peut refaire surface. On peut mener une vie plus ou moins équilibrée sentimentalement parlant, cela ne change rien, si cette peur est en vous ou se réveille, alors elle peut tout chambouler. Voici un article pour vous aider à décrypter la peur de l’abandon et ses conséquences en amour.

La peur de l’abandon, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi peut-on la ressentir, la subir, la vivre ?

Raisons liées à l’enfance et répercussions sur la construction du moi

Présente dès le plus jeune âge, l’angoisse de l’abandon existe également chez l’adulte. Liée à un attachement marqué par l’insécurité dans l’enfance, elle est la forme d’angoisse la plus répandue, mais peut s’exprimer à différents degrés.L’abandon est l’une des causes les plus courantes du mal-être et du mal de vivre. Un parent absent ou débordé, l’arrivée d’un frère ou d’une sœur, un séjour en pension, le décès d’une grand-mère à laquelle nous étions particulièrement attachés. Ce qui peut paraitre anodin pour la plupart est en fait vécu comme un véritable traumatisme pour d’autres, conscient ou inconscient, et cela peut le suivre tout au long de sa vie ou se réveiller bien plus tard à l’âge adulte.


Un attachement marqué par l’insécurité se caractérise par un manque d’assurance. Les relations d’attachement marquées par l’insécurité se caractérisent en outre souvent par l’attrait et le rejet. Si vous avez fait l’expérience d’une telle incertitude dans votre enfance, il se peut que vous ayez des doutes à un âge plus avancé quant à vos relations. Vous avez constamment à l’esprit l’idée que quelqu’un peut à tout moment vous abandonner.

Indigne d’être aimé-e ?

Une personne souffrant de cette peur s’imagine bien souvent que puisqu’elle a pu être abandonnée, laissée de côté, alors elle n’est pas « aimable » au sens premier du mot, qu’elle n’est pas digne d’être aimée. Ce sentiment a de nombreuses répercussions sur la vie de la personne, que ce soit au niveau professionnel, familial et bien sûr et surtout sur le plan sentimental. En effet, dans un couple, la personne qui souffre de la peur de l’abandon va systématiquement penser que la rupture est inéluctable. Au point même parfois de la favoriser. Et elle la vivra comme un abandon supplémentaire, énième preuve du fait qu’elle n’est pas digne d’être aimée. Cette peur de l’abandon peut également entraîner une jalousie maladive ou un besoin incessant de se sentir désirée par son partenaire.

Pourquoi la peur de l’abandon peut persister ou se réveiller à l’âge adulte ?

Un traumatisme souvent minimisé

Ces événements, sans conséquences majeures pour certains, vont être traumatisants pour d’autres. Pourquoi ne sommes-nous pas égaux devant la peine ? « Chacun de nous a fait l’expérience de la séparation, explique la psychanalyste Catherine Audibert. Nous nous sommes aperçus, souvent très tôt, que papa et maman n’étaient pas toujours là, à notre disposition, prêts à répondre à tous nos désirs. Mais nous n’avons pas vécu cette nouvelle solitude de la même façon. Soit ceux qui nous entouraient ont perçu, pris en compte et atténué nos peurs enfantines, soit, pour des raisons éducatives, morales, faute de temps ou d’une juste compréhension, ils n’ont pas accordé de valeur à nos angoisses. Et les ont renforcées. Ils n’ont pas pour autant fauté. Ils ne nous ont simplement pas appris à nous séparer avec confiance et sérénité. Sans doute parce qu’eux-mêmes le vivaient mal de leur côté. »

Comment savoir si vous souffrez de cette peur de l’abandon ?

Différents comportements peuvent prouver que vous souffrez de cette phobie de l’abandon :

  • vous dépendez constamment des autres pour prendre vos décisions, vous sentir bien ou être heureux ;

  • vous êtes une personne anxieuse, craintive, méfiante ;

  • vous avez une jalousie excessive et vivez avec la hantise que l’autre vous abandonne ;

  • vous ne gérez pas bien vos émotions ;

  • vous êtes une personne en demande excessive d’affection pour combler un manque ou une carence affective ;

  • vous n’avez pas une bonne estime personnelle, l’image que vous avez de vous-même est trop négative. Vous croyez sans doute être une personne de peu de valeur et que l’on ne peut pas aimer ;

  • vos parents ne vous ont pas donné l’amour et la sécurité nécessaires durant les premiers moments de votre vie ou vous avez été abandonné ;





11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page